La querelle des universaux

La querelle des universaux

Abélard fut l'homme de toutes les querelles. La plus célèbre fut celle des universaux, qui l'opposa à l'Église et à l'un de ses redoutables prédicateurs, Bernard de Clairvaux.

De la vie de Pierre Abélard 1079-1142, partagée entre succès mondains et revers cinglants, on sait tout ou presque. Brillant maître ès arts, champion de la dialectique, celui que Pierre le Vénérable surnomma « le Socrate gaulois » ou « notre Aristote » fut régulièrement destitué de ses fonctions d'enseignant par ses anciens maîtres qui avaient pris ombrage de sa renommée. Précepteur habile en séductions, il fut châtré sur l'ordre de Fulbert, père d'Héloïse, qui ne comprit pas quelle cohérence il y avait à épouser sa fille pour l'envoyer ensuite au couvent. Audacieux introducteur de la logique et de la dialectique dans le traitement des questions de théologie, il subit deux procès en hérésie, tout d'abord à Soissons 1121 : De l'Unité et de la Trinité divine où il fut condamné à brûler lui-même son traité trinitaire, ensuite à Sens 1140/1 où Bernard de Clairvaux, prédicateur de la seconde croisade et futur saint, déploya contre lui des trésors de rhétorique assassi ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon