La princesse de Clèves

La princesse de Clèves

On a beaucoup glosé sur les raisons mystérieuses qui la poussent à laisser partir l'amour de sa vie. Peut-être pour minimiser la scandaleuse pureté de ce geste.

La Princesse de Clèves a toujours suscité la tourmente. Sa parution en 1678 déclenche une violente querelle littéraire. Pendant huit ans, critiques et contre-critiques se succèdent. À leur tour, Rousseau, Sade, Stendhal, Gide, Cocteau, Camus, Michel Butor, gloseront sur ce livre à l'intrigue ténue, coupée par de longs épisodes intercalaires. On se dispute sur le style de l'auteur, la place qu'il réserve à l'histoire, sur la vraisemblance de l'aveu que Mme de Clèves fait à son mari, sur la plausibilité de son renoncement à M. de Nemours et la signification de la décision qu'elle prend, veuve, de ne pas épouser celui qu'elle aime et qui l'aime si passionnément. Scrupule de conscience absurd ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Sarah Schulman

Sarah Schulman
Écrivaine, militante LGBT et activiste de longue date à Act Up New York