La Piqûre

La Piqûre

Cela commença par un baiser. Cela commence presque toujours par un baiser. Ella et Tsiki se déshabillèrent et n'étaient plus rattachés l'un à l'autre que par leurs langues, quand elle sentit une piqûre. « Je t'ai blessée ? », demanda Tsiki et lorsqu'elle fit non de la tête, il s'empressa d'ajouter : « Tu as du sang. » Elle avait vraiment du sang qui coulait de sa bouche. « Je suis désolé », dit-il en commençant à tourner dans l'appartement, agité, sortant des glaçons du congélateur et les tapant sur le marbre pour les détacher. « Tiens, lui dit-il en les lui tendant d'une main tremblante. Pose-les sur ta lèvre, ils vont congeler les veines. Tiens, prends, ça va arrêter le saignement. » Tsiki était toujours bon pour ces choses-là. À l'armée, il avait été secouriste. Il avait aussi un certificat de guide touristique. « Pardon, poursuivit-il, d'une voix hystérique, je crois que je t'ai mordue, c'est à cause du désir. » « C'est kas gra'e, lui sourit-elle, le glaçon collé à sa lèvre infé ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé