LA PERRUQUE VERTE

LA PERRUQUE VERTE

Le 18 septembre 1999, Guillaume Dustan apparaît dans l'émission de Thierry Ardisson sur France 2. « Perruque verte sur la tête, une casquette de flic par-dessus, son visage barbu en dessous », il joue les provocateurs, déroule son discours sur la liberté sexuelle, les drogues, le sida... Cette perruque devient le symbole de la subversion qu'il incarne, en même temps que le détail qui rend sa parole inaudible, comme l'a bien constaté Raffaël Enault, auteur de sa première biographie, Dustan superstar.

« Ah, le mec avec une perruque qui cause du bareback [la pratique du sexe sans préservatif dans les milieux à risque] », lui répond-on quand il évoque le sujet de son livre. Il y raconte comment l'écrivain brillant s'est laissé enfermer dans un rôle de militant anti-capote alors qu'il développait une pensée bien plus large et toujours d'actualité. Rêvant de « créer une société communautaire et fondée sur la joie et l'épanouissement personnel de chacun dans des s ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon