La parole est à la défonce

La parole est à la défonce

De l'usage des drogues en toute occasion pour éloigner la douleur et pacifier les rapports sociaux.

« Communauté, identité, stabilité » est la devise du Meilleur des mondes. La société imaginée par Huxley ne jure que par la stérilisation... et pas seulement des cellules et objets mais également des liens humains avec la disparition des relations amoureuses et familiales. « Pas de civilisation sans stabilité sociale, pas de stabilité sociale sans stabilité individuelle », dit l'un des dirigeants du régime. Cette pacification des rapports sociaux est obtenue par le divertissement et un usage immodéré d'une drogue : le soma. Cette substance permet de soigner les douleurs physiques, mais également l'anxiété, d'annihiler passions et colères, et surtout d'éviter de réfléchir. « À présent - voilà le progrès - les vieillards travaillent, les vieillards pratiquent la copulation, les vieillards n'ont pas un instant, pas un loisir, à arracher au plaisir, pas un moment pour s'asseoir et penser, ou si jamais, par quelque hasard malencontreux, une semblable crevasse dans le temps s'ouv ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes