La parade des paradoxes

La parade des paradoxes

S'il y a toujours une part de coquetterie intellectuelle dans les paradoxes, ils rappellent salutairement que la logique n'a pas réponse à tout.

Les paradoxes sont-ils des afféteries de la raison ? Des contradictions outrecuidantes qui font sourire ? Oui. Mais ces belles-lettres de la logique ont aussi constitué, à travers les siècles, un moteur de la réflexion : le doute sur la logique fait progresser la pensée.

Nombre de paradoxes sont fondés sur des qualités portées à leur paroxysme. Ainsi ne puis-je être « le plus modeste » ou « le plus modéré » sans détruire ces deux qualités. Je ne peux paraître « le plus banal » sans que ce superlatif me rende extraordinaire. Nous suivons en cela un paradoxe énoncé par Edwin Bechembach, qui démontrait que tous les hommes étaient intéressants. En effet, remarquait-il, dressons deux listes : une première de tous les hommes intéressants et une seconde de tous les hommes inintéressants. Dans cette seconde liste, l'homme le plus inintéressant intéresse en cela même qu'il l'est le moins - et il passe immédiatement dans la première liste. Il en va de même pour le deux ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes