La mouvance « automôme »

La mouvance « automôme »

L'auteur déploie sa fantaisie et son goût des mélanges dans une enquête plus polissonne que policière.

Mais où Yves Pagès va-t-il chercher ça ? Ce hold-up costumé avec serpentins, cotillons et pistolets à eau ? Ce personnage d'ethnologue spécialisé dans les clichés d'excisions grand format ? Cette violente décapitation de Juan Carlos... au musée Grévin ? Dans ce roman plus polisson que policier, on reconnaît l'imagination pétulante d'un auteur-éditeur accoutumé à faire feu de tout bois : l'actualité et les souvenirs d'enfance, le réel et sa parodie, l'engagement vent debout des « Verticales » et la fantaisie à l'oblique.

Ici, le jeu littéraire commence précisément dans une cour de récréation, lorsque la petite Valentina revient les jambes maculées de morsures. Le fautif ? Un certain Bruno Lescot, petit agitateur au grand avenir, volubile et cabotin, bientôt jeté à corps perdu dans les actes gratuits, anarchiques et hauts en couleur de l'après-Mai 68. Un esprit dilettante, autonome attachant et « automôme attardé », friand de traits d'esprit et de graphomanie murale, qui osci ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon