La montre d'Errol Flynn

La montre d'Errol Flynn

Quand un grand connaisseur du cinéma rencontre un acteur de légende, ils se racontent leurs rêves, leurs camarades, leurs femmes. Que l'un soit vivant et que l'autre ait connu l'âge d'or de Hollywood n'est qu'un détail. Rien ne peut empêcher deux âmes frères de se trouver. 1957, Errol Flynn a amarré son bateau à Juan-les-Pins. Patrick a 4 ans lorsque sa mère, subjuguée par Robin des Bois en personne, lui tend des fleurs. Flynn lui offre sa montre. L'enfant découvre le héros à l'écran en 1959 et ne se remettra jamais de sa mort. Adulte et heureux propriétaire de l'objet magique, il va vite en abuser. Grandi dans le culte du bel animal irrésistible, image du courage et de la jeunesse, il retrouve Gentleman Jim dans les couloirs du temps, chez lui ou sur son bateau. Il y croise David Niven, Orson Welles... Bientôt sa bande d'amis et sa femme se mêlent aux connaissances de Flynn. Un glissement s'opère, les destins se superposent. La folie guette.

Qui est-on quand l'enfance perdue ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon