La moitié du chemin

La moitié du chemin

Avec un peu de chance, j'ai couvert la moitié du chemin qui conduit à ma disparition. Peut-être est-ce le bon moment pour songer à la manière dont j'ai franchi la moitié de cette première moitié. » À 50 ans, Jens Christian Grøndahl relève le défi de la collection « Traits et portraits », celui d'un autoportrait ponctué de photos et de dessins qui lui confèrent un surcroît d'intimité. Le texte s'ouvre sur un voyage en train de Venise à Trieste, la ville où, en 1999, Grøndahl s'est remarié, ouvrant un nouveau chapitre dans sa vie : l'heure idéale pour un bilan d'étape, mélange de souvenirs d'enfance dans la classe moyenne danoise et de réflexions sur l'apprentissage du métier d'écrivain. À ce titre, les passages les plus captivants sont ceux où Grøndahl décrit le bouillonnement des années 1970 et sa difficulté à se déprendre des diktats de l'avant-garde pour adopter un style classique.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes