La marque Powers

La marque Powers

Les voies de la traduction sont parfois impénétrables. Comment comprendre que le moindre premier roman new-yorkais à la mode débarque chez nous dans des délais record mais qu'il ait fallu vingt ans pour lire en français un livre de Richard Powers, l'un des meilleurs écrivains américains contemporains ? Auteur d'une dizaine de romans, cet ancien informaticien, converti à la littérature après des études de physique, s'est fait une spécialité des sujets scientifiques lourds, traités dans des récits qui impressionnent par leur souffle, leur documentation et leurs dimensions. Dans The Gold Bug Variations, il abordait le thème de la génétique ; dans Galatea 2.2, l'intelligence artificielle et la neurologie cognitive ; dans Gain, l'industrie chimique et les entreprises capitalistes ; dans Plowing the Dark, enfin, les technologies de réalité virtuelle. Autant de romans dont on attend les traductions, après celles des monumentaux Trois fermiers s'en vont au bal son premier livre, publié en 1 ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes