La maison ne fait plus crédit

La maison ne fait plus crédit

Le titre provisoire du nouveau roman de Jean-Yves Cendrey était : Liquidation. Le titre définitif est : La maison ne fait plus crédit. Dans tous les cas, il s'agit de régler des comptes. Jean-Yves Cendrey poursuit ainsi son entreprise de démolition de la cellule familiale, déjà mise à mal par ses précédents livres, en particulier Les Jouets vivants, où il révélait la brutalité de son père. Dans La maison ne fait plus crédit, c'est la mère qui est dans le collimateur de l'écrivain. Il détaille ainsi les rêves pathétiques de sa « manman » un pavillon en province, ses obsessions grotesques le prix des meubles, ou encore ses déclarations stupides « faire pipi sur la route les gens ne pensent pas mais c'est un sacré problème pour les femmes ».

Le lecteur ne tirerait aucun plaisir de ce portrait cruel s'il n'était pas extrêmement drôle, et si l'auteur n'exerçait pas aussi son humour ravageur contre lui-même. Fidèle au procédé de distanciation expérimenté dans Les Jouissances du rem ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes