La maison indigène

La maison indigène

Les maisons hantées auxquelles nous a habitués la littérature gothique sont souvent des ogres ; elles dévorent leurs habitants, et leurs fantômes crient depuis les entrailles où ils ont été engloutis. La Maison indigène de Claro semble au départ moins vorace. Pour commencer, il n'existe aucun ancien résident dont le spectre pourrait rôder dans les couloirs de cette villa, conçue comme une sorte de vitrine architecturale : elle fut bâtie en 1930 à l'occasion du centenaire de l'Algérie française par le grand-père de l'écrivain, l'architecte Léon Claro. Et puis, si menu il y avait, il est peu appétissant, l'auteur glissant par homophonie vers la « maison indigeste qu'était à mes yeux, à mes sens, à mes tripes, la famille ».

La filiation est la grande question de La Maison indigène : en visitant cette maison musée, cette maison en toc imitant le style mauresque, qui « arbore un manteau composite susceptible de créer l'illusion de la cohérence », Claro se demand ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes