La main gauche de la nuit

La main gauche de la nuit

Figure féminine de la science-fiction des années 1960 à 2000, Ursula K. Le Guin (lire p. 84) nous apparaît aujourd'hui comme une pionnière des théories du genre : son premier roman, La Main gauche de la nuit, se passe sur la froide planète Gethen où il n'existe ni hommes ni femmes. Mais elle fut aussi une très brillante styliste, l'une des premières à mêler fantasy et science-fiction (Le Monde de Rocannon) et une grande créatrice d'utopie (le monde libertaire des Dépossédés) qui a influencé tous les auteurs de SF contemporains, de Margaret Atwood à Nnedi Okorafor.

 

À lire : La main gauche de la nuit, Ursula K. Le Guin, traduit de l'anglais États-Unis par Jean Bailhache, éd. Le Livre de poche, 350 p., 7,70 E.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes