La mad girl et le génocidaire souriant

La mad girl et le génocidaire souriant

L'écrivaine franco-canadienne, dans un roman-essai autobiographique, lie son parcours dans les années 1970 à celui du futur tyran cambodgien Pol Pot.

Quel lien entre le destin de Pol Pot et la carrière de Nancy Huston ? A priori aucun, et pourtant : « Je ne savais pas encore [...] que le sourire légendaire des Khmers (tout comme le mien) était souvent un masque, servant non à projeter mais à protéger l'intimité de qui le porte. » Dans Lèvres de pierre, Nancy Huston raconte son parcours, longtemps influencé par le dogmatisme marxiste des intellectuels français des années 1970, et celui du dictateur cambodgien. Et montre que sa vie et celle de Pol Pot reposent sur des motifs communs : la rupture avec la terre d'origine, la fuite du berceau familial pour l'envol européen (Paris), le premier émoi politique...

La première partie relate l'enfance du futur chef politique, d'abord en Saloth Sâr, personnage juvénile, heureux au monastère, malheureux à l'école, puis décrit comment apparaît la figure du tyran à l'origine d'un des plus grands génocides du XXe siècle. Au même moment, Nancy Huston avait la vingtaine et ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Amazonia », Patrick Deville, éd. du Seuil