La machine à arrêter le temps

La machine à arrêter le temps

Que se passerait-il si je retournais dans le passé et que je tuais mon aïeul ? C'était l'énigme insoluble conçue par René Barjavel dans Le Voyageur imprudent, inspiré de La Machine à explorer le temps de H. G. Wells. Pas de chrononaute assassin ni suicidaire dans The Silver Wind - lourdement traduit par Complications -, ni d'hommes-pelles ou d'hommes-ventres, mais des amants désunis par la mort qui cherchent à se retrouver dans une autre dimension. Thème de SF ultra-classique du voyage dans le temps, articulé ici autour de la perte et du deuil. Comment ressusciter, pour un jeune Roméo britannique, sa soeur, qu'il aime de manière incestueuse, tragiquement décédée ? Où rejoindre sa Juliette, sinon dans le passé ? Nina Allan propose un rêve de petite fille : et s'il suffisait de bloquer les aiguilles des horloges pour arrêter le temps et empêcher les drames de s'abattre sur les êtres qui nous sont chers ? Les mécanismes s'ouvrent sur un merveilleux d ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine