La machine à arrêter le temps

La machine à arrêter le temps

Que se passerait-il si je retournais dans le passé et que je tuais mon aïeul ? C'était l'énigme insoluble conçue par René Barjavel dans Le Voyageur imprudent, inspiré de La Machine à explorer le temps de H. G. Wells. Pas de chrononaute assassin ni suicidaire dans The Silver Wind - lourdement traduit par Complications -, ni d'hommes-pelles ou d'hommes-ventres, mais des amants désunis par la mort qui cherchent à se retrouver dans une autre dimension. Thème de SF ultra-classique du voyage dans le temps, articulé ici autour de la perte et du deuil. Comment ressusciter, pour un jeune Roméo britannique, sa soeur, qu'il aime de manière incestueuse, tragiquement décédée ? Où rejoindre sa Juliette, sinon dans le passé ? Nina Allan propose un rêve de petite fille : et s'il suffisait de bloquer les aiguilles des horloges pour arrêter le temps et empêcher les drames de s'abattre sur les êtres qui nous sont chers ? Les mécanismes s'ouvrent sur un merveilleux d ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon