La métalepse, ou le malin géniede la fiction

La métalepse, ou le malin géniede la fiction

Cette notion de narratologie désigne la transgression des frontières entre espace du récit et monde réel, les remettant en cause l'un comme l'autre.

Je supposerai donc qu'il y a [...] un certain mauvais génie, non moins rusé et trompeur que puissant, qui a employé toute son industrie à me tromper. Je penserai que [...] toutes les choses extérieures que nous voyons ne sont que des illusions et tromperies, dont il se sert pour surprendre ma crédulité. » Le malin génie qui apparaît dans la première méditation de Descartes n'est pas seulement, comme on le dit souvent, une fiction : il est aussi, lui-même, une redoutable machine à produire des fictions. On peut donc éventuellement reconnaître en lui le principe de l'écriture fictionnelle, en tant qu'elle nous convainc, le temps d'une lecture, de l'existence d'un monde créé de toutes pièces par un auteur. Celui-ci se doit de créer l'illusion de la réalité du monde fictionnel, et, pour cela, éviter à tout moment que le monde fictionnel et le monde réel ne se rencontrent brusquement, que le lecteur ne soupçonne la présence du créateur derrière la création : jamais, donc, le lecteur ne d ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire :Divers, Pierre Guyotat, éd. Les Belles lettres, 496 p., 27 E.