La mécanique sociale démontée

La mécanique sociale démontée

Maître du polar marseillais, créateur de Constantin le Grec, Gilles Del Pappas se confronte de plus en plus à la grande histoire. Dans Attila et la magie blanche, il convoquait les mânes de l'anarchiste Marius Jacob pour raconter les débuts du cinéma. Dans Les Vies de Gustave, il plonge dans le Marseille de la Collaboration, puis celui de la Libération, à travers un petit truand dont il suit la rédemption par l'amour et le trafic religieux. Dans ce style fleuri et nourri de patois marseillais qu'adore son public, il nous livre au passage tout un pan peu glorieux du passé de la Cité phocéenne. C'est à la fois prenant, documenté, et surtout plein de cette chaleur humaine qu'aucun des héros de Del Pappas, même les pires, n'arrive à brider.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon