LA LUNE N'EST PAS POUR NOUS

LA LUNE N'EST PAS POUR NOUS

Chez Johan Heliot, la production s'intensifie, sept romans en quatre ans. On pourrait s'en inquiéter. Mais c'est chez lui un jaillissement naturel qui conduit à une amélioration du style et de l'inspiration. La Lune n'est pas pour nous s'inscrit dans la suite de La lune seule le sait. Nous sommes en 1933, un demi-siècle s'est écoulé depuis l'arrivée des Ishkiss. Pourquoi les extraterrestres n'ont-ils pas empêché la venue du Troisième Reich ? Hitler pille l'Europe. Deus ex machina de la rébellion qui s'annonce, le jeune Léo Malet se réinvente en cambrioleur. De Gabin à von Stroheim, le Tout Cinéma français d'avant-guerre fait de la figuration. Le steampunk passe de l'ère de la vapeur à l'ère de l'occupation. Pour qui a vécu ces années, le ton sonne un peu faux, même si on le sait ironique et distancié. Qu'importe, de références surprises en prestidigitation einsteinienne, Johan Heliot nous mène à une lune d'enfer vers un dénouement sidérant.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes