La littérature sans la lecture

La littérature sans la lecture

comment parler des livres que l'on n'a pas lus ? s'interroge Pierre Bayard. En réalité, ce brillant essai est moins un manuel du savoir-tromper qu'une analyse de notre rapport complexé à la littérature.

Pierre Bayard cultive avec gourmandise le paradoxe et le sophisme. Qu'il ait consacré en 1990 son premier livre à Romain Gary ne doit évidemment rien au hasard. Comme son modèle, Pierre Bayard préfère à la pauvreté créatrice de l'évidence, les potentialités autrement plus fécondes que promettent le biais, la double entente, l'antinomie, la perversité, le miroir et la provocation. Qu'il s'agisse de Laclos, de Proust, de Hamlet, de l'application de la littérature à la psychanalyse et non l'inverse ou des moyens d'améliorer les oeuvres ratées, cet universitaire s'embarque à chaque livre dans une aventure critique à haut risque quand la plupart de ses confrères abritent leurs recherches à petits pas derrière les remparts de l'érudition. Même lorsqu'il lui arrive de faire naufrage, cette intrépidité lui vaut toutes les sympathies.

Cette fois, il a réussi sa traversée avec brio. La gageure n'était pourtant pas mince : faire l'éloge de la non-lecture dans un livre qui n'intéress ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes