La littérature contaminée

La littérature contaminée

La littérature comparée devrait ouvrir un champ d'investigations de nature épidémiologique. Si nous avons peu de récits sur la grande peste noire ; si la syphilis resta discrète en maniant la plume ; s'il n'y eut que Giono pour donner des ailes à un hussard pour échapper au choléra, les choses ont bien changé. Encore que le siècle des mouchoirs, le xixe, résonne du discret toussotement de héros qui crachent leur vie dans la batiste. Mais le stress, les cancers et le sida ont dévasté la littérature comme jamais.

Serait-ce qu'il existe des affections plus bavardes que d'autres ? Au contraire des idées reçues, ce n'est pas la douleur qui est muette, c'est le bonheur, si beau et si rare qu'il n'appartient jamais qu'au passé. Mieux : les merveilleux bonheurs sont naturellement ceux qu'on n'a pas eus. M. Edmund White a précédemment raconté d'abondance l'infortune de son destin. Aujourd'hui, il brode un roman, L'Homme marié , sur l'agonie de l'amour d'un couple do ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine