La liberté retrouvée

La liberté retrouvée

L'intouchable Proust fondeune religion de la littérature. Libérons-nous-en et libérons-le.

On a connu Nathalie Quintane méditant sur Tarnac, fustigeant les classes moyennes et cherchant à refonder une communauté par l'expérimentation littéraire. Mais voici que l'auteur de Tomates s'en prend, dans Ultra-Proust, aux lectures conservatrices et moralisantes qui font de Proust « l'abbé Pierre du roman moderne ». Contre Antoine Compagnon et Raphaël Enthoven, mis dans le même panier que Natacha Polony, contre « l'acharnement séculaire à réaffirmer la bonté, la gentillesse, la bonhomie de certains auteurs », contre Proust lui-même et « sa conception, plutôt idéaliste, de l'art - seule possibilité de rédemption dans le bordel qu'est le monde, une fois liquidé Dieu », il faut penser la modernité critique de l'oeuvre.

Avec l'aide du Proust de Barthes, auto-ironique et s'autocontestant sans cesse, elle considère l'auteur de la Recherche comme un écrivain perpétuellement du côté de l'homme, mais toujours en mouvement, irréconciliable. Sous le masque ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes