la lettre d'amour

la lettre d'amour

Ce mois-ci, l'enseignante et romancière d'origine iranienne Cécile Ladjali salue la jeune femme brandissant, tête nue, son hidjab dans les rues de Téhéran, à la veille des manifestations de décembre. Sa photo est devenue une icône sur les réseaux sociaux.

Mademoiselle, Je ne connais pas votre nom. Pourtant votre silhouette brune brandissant une badine à laquelle pend votre hidjab blanc a fait le tour du monde.

Où êtes-vous, chère khanõm (1) ? Les bassidji ont dû vous arrêter ce mercredi 27 décembre 2017 à Téhéran avec les autres femmes des White Wednesdays. Vous vous êtes opposées au pantin élu démocratiquement, le président Rohani, et au grand guide Khamenei, véritable chef du régime. Schizophrénie de l'Iran.

Vous ressemblez à une cariatide, debout sur un socle en béton. Vous vous êtes toujours habillée en noir : votre corps n'avait pas d'importance puisqu'on vous demandait de le cacher. Pourtant, la nuit qui vous couvre vous révèle, célébrant votre beauté exhumée, vivante.

En Orient, le blanc est la couleur du deuil. Votre hidjab blanc flotte comme un lampion japonais blafard, déchiré par le vent.

Sidération. Seconde figée. Vous semblez en a ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Éric Vuillard

Éric Vuillard
« La Guerre des pauvres est une guerre qui n'est pas terminée. »