La Jérusalem hollandaise, entre zizanie et euphorie

La Jérusalem hollandaise, entre zizanie et euphorie

Dans la Hollande du XVIIe siècle, les communautés juive et chrétienne coexistaient librement. Chacune divisée en de multiples mouvements concurrents, elles ont fugacement été touchées par une même ferveur messianique.

Pour définir la tradition judéo-chrétienne à l'époque moderne, la situation de la Hollande au XVIIe siècle, et singulièrement d'Amsterdam, son plus grand port, constitue une sorte de laboratoire à ciel ouvert. Pourquoi ? D'abord parce que les deux communautés, la juive et la chrétienne, y vécurent plus librement et plus intimement qu'elles ne l'avaient fait jusqu'alors ailleurs dans le monde. Ensuite parce que les problèmes philosophiques et théologiques de cette période, largement partagés par les deux confessions, donnèrent naissance à des conceptions si diverses qu'on en vient à douter de l'unité de cette tradition. Pourtant, même à remettre en cause l'homogénéité du judéo-christianisme, on ne peut négliger les espérances qui animèrent certaines de ses branches. Un événement étrange, fascinant et peu connu les a rendues exceptionnellement visibles pendant l'année 1666. Cette année-là, un « Messie » est advenu, et une foule mêlée de juifs et de chrétiens s'est retrouvée à danser j ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard