A la hauteur des circonstances

A la hauteur des circonstances

La guerre d'Espagne fut sans doute le conflit le plus idéologique du xxe siècle. Dans la production littéraire qu'elle inspira, seuls les romans qui ne font pas la leçon, quelle qu'elle soit, ont résisté au temps. A commencer par le meilleur d'entre eux, « L'Espoir » de Malraux.

La guerre est finie. 1966. Après le film d'Alain Resnais et Jorge Semprun, toute fiction consacrée à la guerre civile espagnole semble annulée, vouée à une infertile nostalgie ou au radotage. Il faudra peut-être deux décennies avant que le sujet redevienne possible, à de rares exceptions près. Comme s'il s'agissait d'une archéologie de mémoire morte, condamnée. Pour puissant qu'il fût, le mythe n'était plus lyrique, ni même illusoire. Et pourtant, l'Espagne de 36 nous interroge aujourd'hui avec une force renouvelée. Alors qu'intellectuels et chroniqueurs patentés s'épuisent à « dé-penser » le drame du Kosovo, le caractère exemplaire du conflit le plus idéologique du xxe siècle retrouve toute son actualité.

La vieille question de l'engagement en littérature reprend du sens et du service. Elle ne sert d'ailleurs que si l'on en use... A priori, la guerre n'offre pas au romancier une matière qui se prête à la consommation immédiate, sur le vif. On a souvent remarqué la quasi- ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon