La haine... par amour !

La haine... par amour !

Dans Dieu est amour, les journalistes Jean-Loup Adénor et Timothée de Rauglaudre - infiltrés parmi ceux qui veulent « guérir » les homosexuels - partagent le résultat de deux années d'enquête dans des groupes catholiques ou évangéliques qui s'adonnent aux thérapies de conversion promettant aux participants une libération du « mal » qui les rongent. L'homosexualité est conçue par ces pseudo-thérapeutes comme une maladie, une épreuve qu'il faut apprendre à surmonter, avec l'aide de Dieu, par le choix de l'hétérosexualité ou par celui de l'abstinence. On pourrait s'étonner que de tels rassemblements se déploient en 2019, alors que l'homosexualité a été retirée de la liste des pathologies psychiatriques par l'OMS en 1990 (1992 en France). Mais ce serait croire qu'il suffit de poser un diagnostic pour éradiquer une maladie, et prendre les choses à l'envers : notre reconnaissance de la pathologie sociale qu'est l'homophobie a moins de trente ans. On ne peut que se féliciter de la ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon