La guerre comme mythe

La guerre comme mythe

Souvent considéré comme le livre de la guerre d'Algérie, le « Tombeau pour cinq cent mille soldats » de Pierre Guyotat se situe hors du temps, à hauteur d'épopée. Histoire de guerre et d'amour, il dénonce le caractère factice de toute libération.

De Tombeau pour cinq cent mille soldats 1967 au Livre 1984 en passant par Eden, Eden, Eden 1970, la guerre traverse la quasi-totalité de l'oeuvre de Pierre Guyotat. Beaucoup ont voulu l'assigner, y reconnaître la trace de l'actualité encore brûlante du conflit algérien. Michel Foucault le relevait dès 1970 : « le Tombeau est passé à la faveur d'une fausse dramatisation » 1.

Certes, des indices étaient là qui semblaient appeler la référence algérienne et cautionner la dramatisation historique.

Des indices biographiques, d'abord. Pierre Guyotat est né en 1940, dans une famille de résistants : l'un de ses oncles est mort en déportation, un autre a fondé le réseau « Défense de la France ». Très tôt, le jeune Pierre est donc confronté à des prises de risque véritables, aux conséquences parfois dramatiques. Il a tout juste cinq ans quand arrivent les premières images des camps de la mort.

En novembre 1960, il refuse le « sursis d'in ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon