La grande barbarie

La grande barbarie

La Grèce antique n'est pas seulement ce jardin des délices où aimaient musarder les philosophes. C'est un monde où se déchaînèrent des brutalités inimaginables. De Homère à Thucydide, la littérature s'est faite le reflet de ces scènes de guerre.

La guerre perturbe notre vie quotidienne, comme elle a bouleversé tout notre vingtième siècle. Tous les jours nous voyons apparaître sur nos écrans ou entendons à la radio des récits où l'horreur le dispute à la terreur.

Les médias aujourd'hui nous font assister à des actes de barbarie au moment même où ils se produisent. On peut donc être tenté de se reporter aux époques bénies où n'existaient ni les armes de destruction massive, ni la poudre à canon, ni les armes automatiques. Européens, par conséquent fils de la Grèce antique, notre mère à tous, nous pouvons être poussés à nous réfugier dans ce jardin des délices que nos études classiques nous ont décrit avec ravissement. Il a existé, nous a-t-on raconté, un pays de rêve, sous un climat idyllique, où vivait une population éprise du beau et du bien, nourrie de philosophie, de poésie et de beaux discours. Hélas ! ce pays n'a jamais existé et n'est qu'un décor de théâtre dissimulant des réalités souvent abominables.

Le ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes