La gauche qu'on aime à droite

La gauche qu'on aime à droite

Conscience progressiste et ex-plume du Nouvel Obs, épris de Péguy et de Simone Weil, Jacques Julliard cultive à 87 ans avec alacrité sa singularité chez Marianne et surtout au Figaro.

Lorsque Jacques Julliard a rejoint Marianne, en 2010, ses amis du Nouvel Obs lui ont fait remarquer qu'après trente-deux ans de bons et loyaux services on ne quittait pas « le plus grand hebdomadaire du monde » - Pierre Benichou dixit - pour un petit journal qui « sent des pieds ». Certains, plus subtils, lui ont glissé à l'oreille qu'il était jusque-là « un mec pas sérieux dans une équipe qui l'était déjà trop » et qu'il perdrait au change à devenir « un mec sérieux dans une équipe qui ne l'a jamais été ». Quelques taquins enfin se sont amusés de voir ce catho de gauche - « catho-proudhonien », comme disait François Furet - rallier ainsi une dépendance de la maçonnerie laïcarde. À tous, Jacques Julliard a répondu qu'il se moquait de ces avertissements comme de sa première chemise. « Si on n'a pas le droit de faire des bêtises à 77 ans, où va-t-on ? »

Dix ans ont passé. Question « bêtises », Jacques Julliard ne s'est pas calmé. Dans l'art de brouil ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes