La fouilleuse

La fouilleuse

En fouillant dans les affaires de son défunt père, Gigi, Elvira découvre par hasard l'existence d'un dernier amour, la jeune Clara. Elle plonge dans le journal où ce cinéaste italien - fils d'un communiste assassiné durant la Seconde Guerre mondiale -, au crépuscule de sa vie, raconte un amour de maturité qu'Elvira trouve « infiniment plus précieux » que « le sentiment et le ressentiment jeunes, la jalousie jeune, la détestation jeune ». Sous le nom de Clara Magnani se cacherait-il un faux premier roman ? Le doute est permis, tant l'autrice, sous pseudonyme, se fait discrète et l'écriture maîtrisée.

JOIE, Clara Magnani,

éd. Points, 144 p., 6 E.

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard