La fin des Temps modernes

La fin des Temps modernes

C'est la fin d'une époque qui voyait Sartre assassiner Camus par la plume interposée de Francis Jeanson et qui s'émouvait du caractère subversif du Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir. La revue philosophique et littéraire Les Temps modernes n'est plus - son éditeur, Gallimard, a annoncé sa fermeture. Fondée en 1945 par Sartre, Beauvoir, Aron et Merleau-Ponty, entre autres, elle s'était engagée dans les grandes causes de son temps - décolonisation, luttes sociales - sans jamais céder sur la qualité littéraire. La revue, initialement mensuelle, puis qui ne publiait pas plus de cinq numéros par an, n'aura pas survécu au décès de son dernier directeur, Claude Lanzmann. Gallimard réfléchirait à poursuivre l'aventure en publiant trois numéros thématiques annuels

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon