La femme infidèle

La femme infidèle

Pierre Grimaldi est comptable et cocu. Quand il découvre l'infidélité de sa femme, son premier dilemme est purement binaire : démasquer son épouse, ou ne rien dire. Il choisit la seconde option avant de comprendre que sa décision n'est pas une solution : son silence se révèle le terreau idéal pour une série de spéculations et de divagations. « Tout me signifiait », se plaint le narrateur. Et pour cause, le mari trompé de Philippe Vilain se retrouve contraint de quitter la clairière de la quiétude amoureuse pour s'immerger dans une forêt de signes où pullulent les indices contraires, suscitant des états d'âme fluctuants. Histoire d'un vertige, La Femme infidèle est aussi le récit d'une conversion : celui d'un époux qui, en sillonnant les innombrables potentialités d'une réalité soudain moins assurée, accoste sur les rives d'une nouvelle conception de l'amour. Un amour paradoxal qui se réalise dans la perte, la nostalgie, et dans la capacité à « renoncer à son idée ».

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine