La fausse caution des menteurs

La fausse caution des menteurs

Le penseur florentin est souvent présenté comme le théoricien du cynisme en politique. Or loin de considérer que la vérité n'existe pas, il en fait la perspective vers laquelle doit tendre tout prince clairvoyant.

S'il est un objet sur lequel les interprétations successives de Machiavel se sont passionnément opposées, c'est bien celui de la vérité. Un anti-machiavélisme de comptoir voudrait faire du Florentin un penseur cynique, préoccupé exclusivement d'efficacité, convaincu que, la fin justifiant les moyens, la vérité n'est bonne à dire ou à rechercher que lorsqu'elle permet d'atteindre le but que l'on se fixe. Dans tous les autres cas, elle peut être évacuée au profit du mensonge, souvent plus commode pour séduire et manipuler. Un anti-machiavélisme de bazar va même jusqu'à affirmer que Machiavel considère que la vérité n'existe pas, en raison de son refus obstiné de rechercher les raisons des choses pour se concentrer sur les effets de celles-ci. Pour le Florentin, clament certains, il n'y aurait pas de vérité ; simplement des effets de vérité, des compositions de vérité, des apparences de vérité, des illusions de vérité.

Remarquons tout de suite que ces films interprétatifs, qui ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article