La douleur est un fantôme

La douleur est un fantôme

Ah, le doux bonheur de vieillir ! Les tromperies, les concessions, la mémoire embrumée, l'inévitable rancoeur... Et puis, un jour, les regrets. Éternels ? Zachary est mort. Ils étaient deux couples, amis pour la vie, inextricablement liés ; soudain, ils ne forment plus qu'un attelage bancal : un mari, son épouse, et une veuve amère, enragée contre l'inconcevable, essayant sans espoir de se consoler. « Il était tellement bruyant, et il parlait beaucoup comme s'il savait tout - mais, en réalité, il bluffait la plupart du temps. » Alex, le mâle survivant, croit pressentir les tourments à venir. « Nous ne sommes même pas capables de mesurer [la perte]. » Un seul être vous manque, et tout remonte à la surface. Lui se révèle poète inaccompli, taciturne, angoissé. Christine, sa femme ? Une artiste sous influence, envahie par une « sagesse glaciale ». Lydia, l'éplorée ? Une diva larger than life, pathologiquement séductrice.

Arrive, fatalement, un moment où nos existences se ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard