La disparition

La disparition

Sur les traces de son amant évanoui dans la nature, Julie considère sa vie, avant, après, et s'habitue.

Dire de Philippe Vilain qu'il est le romancier du couple est un cliché, mais tant pis : la plupart de ses romans ne sont-ils pas des variations sur le sentiment amoureux entre des personnages issus de classes différentes dans Pas son genre, quand l'un des partenaires est mourant dans La Fille à la voiture rouge, ou quand il a disparu, dans ce Matin d'hiver ? On retrouve ses personnages typiques d'intellos, en l'occurrence Julie, prof de lettres à la fac, tombée amoureuse de Dan, un sociologue américain installé en France. Ils emménagent à Paris, se marient, ont un bébé. Souvent Dan séjourne aux États-Unis pour ses recherches en immersion dans les quartiers dangereux de grandes villes. Or, un jour, il décolle et s'évanouit dans la nature. Julie, sans nouvelles, voit sa vie basculer...

On retrouve dans ce roman - tiré, dit l'auteur, d'une histoire vraie - les qualités des précédents : la minutie de la description des sentiments, la simplicité apparen ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine