La Dernière neige

La Dernière neige

Cela commence par un rêve d'adolescent, accroché aux parois de la mémoire du narrateur ; un rêve accessible mais non sans mal, celui d'acheter un milan qui se morfond dans sa cage, au coin d'un magasin fourre-tout, entre deux postes de radio, des pièces d'automobiles d'occasion et des tables de chevet. C'est pas donné un milan. C'est pas donné un rêve. Il faut donc aller travailler, tenir compagnie aux petits vieux d'un hospice, faire un tour de parc avec eux, écouter leurs ultimes souvenirs, regarder leurs dernières grimaces joyeuses. Il faut aussi pouvoir noyer la portée d'une chatte, savoir se débarrasser de la chienne d'une vieille dame morte. Ça paye bien la mort. En attendant de posséder le rapace, dans l'apprentissage difficile de la vie, on imagine la capture du milan. Une capture contée et racontée au père, moribond, qui s'éteint doucement, mais fasciné par ce récit, souvent lyrique, qui longtemps resserre les liens avec le fils, à côté de la présence d'une mère si peu dici ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine