La coalition des fâchés

La coalition des fâchés

Le mouvement des gilets jaunes, loin d'être une exclusivité française, trouve des équivalents ailleurs en Europe.

les gilets jaunes ont captivé l'attention du monde parce que, comme l'a déclaré au Figaro le politologue bulgare Ivan Krastev, « une manifestation de masse en France, c'est comme une représentation à La Scala de Milan ou à l'Opéra de Vienne, on se doit d'en parler ». Cela dit, ce mouvement n'est pas particulièrement original à l'échelle globale. Comme dans d'autres cas semblables à travers la planète, il se nourrit essentiellement de deux ingrédients : d'un côté, la colère d'une population qui a la sensation d'avoir perdu le contrôle de son destin en termes économiques, culturels et identitaires ; de l'autre, l'algorithme de Facebook qui multiplie cette rage et lui offre une plateforme pour s'organiser.

Dans sa plasticité, le mouvement des gilets jaunes a démontré pour l'énième fois que la colère contemporaine ne naît pas que de causes objectives, de nature économique ou sociale. Si le point de départ était représenté par des plaintes précises, dès le ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon