La « Réac Academy » en déroute

La « Réac Academy » en déroute

Depuis une décennie déjà, la « Réac Academy » couinait en permanence à la (fausse) hégémonie d'une « pensée unique » au service d'un progressisme par définition maudit. En réalité, elle dominait, elle écrasait la scène intellectuelle française. Cela faisait longtemps que Le Nouvel Observateur et Le Seuil ne régnaient plus en maîtres sur l'intelligentsia en particulier et les lecteurs en général. Une nouvelle doxa, à son tour toute-puissante, s'était mise en place, apprenant vite, très vite, les malices du système pour mieux le verrouiller.

Toute-puissante, célébrée et encensée, vendeuse de journaux et de livres, et championne d'Audimat, la « Réac Academy » exposait en majesté son maître penseur - de grande qualité -, Alain Finkielkraut, son exécuteur des basses oeuvres éditoriales, Éric Zemmour, son éminence grise, le maurassien Patrick Buisson, ses médias de référence, le site Figarovox, l'hebdo Valeurs actuelles, le mensuel Causeur, survitaminé gr ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon