La chasse est ouverte

La chasse est ouverte

C'est une histoire familiale qui cache une passation de pouvoir, ou une chanson de geste moderne dans laquelle un seigneur d'aujourd'hui se voit dépossédé de son fief. Il s'appelle François, travaille comme chirurgien, a sa propre clinique. Le roman le saisit lors d'une partie de chasse solitaire. Ce jour-là, François hésite à abattre un grand cerf, le blesse, et décide de le ramener dans son relais de chasse pour le soigner. Entre-temps, il assiste à ce qui ressemble à une course-poursuite. Et, dans l'habitacle de la voiture pourchassée, il croit avoir entrevu le visage de sa fille Mathilde. Dès lors, le relais de chasse deviendra le champ de bataille où s'affronteront des forces à la fois proches et antagonistes.

D'abord le fils de François, Mathieu, que son père rêvait de voir devenir médecin et qui sévit dans la finance, ce qui lui permet d'expliquer à son père sidéré « qu'aujourd'hui on ne gagne plus d'argent avec son travail [...]. On le gagne avec de l'argent ». Puis ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard