La chasse aux trésors

La chasse aux trésors

Détruits ? Égarés ? Jalousement soustraits aux regards ? Quelques inédits du Praguois pourraient ressurgir. Point sur les recherches en cours.

le nouveau cimetière juif est loin du centre de Prague : une heure à pied, vingt minutes par le métro. C'est un endroit paisible, un peu lugubre, bien moins fréquenté par les touristes que celui, plus spectaculaire, de la vieille ville. La sépulture de l'écrivain se trouve sans difficulté, à 200 mètres à droite une fois passée l'entrée. Sur la pierre tombale en forme de cristal hexagonal, une inscription hébraïque évoque la mémoire d'un homme « magnifique » et célibataire ; ses parents sont aussi mentionnés.

Décédé le 3 juin 1924 près de Vienne, Franz Kafka a été inhumé huit jours plus tard dans sa ville natale. Il avait demandé à Max Brod, son exécuteur testamentaire, de détruire ses manuscrits. Brod n'a pas accédé à son souhait (on peut penser que l'écrivain l'avait pressenti, que sa demande n'était que de pure forme) et a publié de son ami tout ce qu'il pouvait. Tout, vraiment ? Depuis des décennies, un mystère subsiste, qui excite les convoitises : celui des écr ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon