John Steinbeck : la cause du peuple

John Steinbeck : la cause du peuple

Le club des Nobel

Tous trois couronnés par l'Académie suédoise, Ernest Hemingway, William Faulkner et John Steinbeck ont soufflé un vent nouveau sur la littérature américaine.

Comme la photographe Dorothea Lange, l'écrivain John Steinbeck a donné des visages à la crise de 1929 : ceux de la famille Joad, qui fuit l'Oklahoma misérable entassée dans un camion déglingué, destination la Californie et ses vergers, où elle connaîtra les horreurs des « Hoovervilles », et une forme inédite d'exploitation. Rien d'imaginaire dans Les Raisins de la colère : Steinbeck connaissait bien ces migrants, pour avoir rédigé des reportages sur eux et avoir vécu le même genre de vie.

Jeune, Steinbeck a exercé mille métiers manuels dans cette Californie où il naquit en 1902. Il a aussi fréquenté l'université, dont il est sorti sans diplôme - il refusait d'étudier ce qui ne l'intéressait pas. Et ceux qui le considèrent aujourd'hui comme un écrivain mineur - il est si facile à lire ! - oublient la singularité de ses romans, où s'associent ses expériences de journalier et sa culture de grand lecteur. Ainsi Des souris et des hommes, paru en 1937. Côté face, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes