La carte de presse

La carte de presse

Entré dans le journalisme par défaut, Camus se révéla un enquêteur précis et engagé, qui sut toujours éviter les péchés capitaux de la profession, le « off » et la connivence.

Camus ne voulait pas devenir journaliste. Quand, à l'été 1938, Pascal Pia, jeune routier de la presse chargé par un cercle d'intellectuels algérois de fonder le quotidien de gauche Alger républicain, veut le recruter, Camus, privé d'agrégation pour cause de tuberculose, hésite entre « ça et se suicider ». Ce sera « ça », et tant mieux : à Alger républicain, Camus trouvera à la fois une famille, un lieu où épanouir son talent, et une licence pour s'attaquer aux travers de la société coloniale algérienne. Et il est émouvant de relire ces articles, bien oubliés, où le jeune journaliste de 25 ans se paie le maire d'Alger, Augustin Rozis, fanatique de Franco et allégorie vivante d'une administration quasi féodale ; émouvant de voir Camus échanger une cigarette avec un bagnard, dans la cale d'un bateau en partance pour Cayenne. Camus n'a pas encore construit sa philosophie, mais déjà le sens de la justice l'anime : lui qui n'est pas favorable au nationalisme algérien déf ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon