La Bonne

La Bonne

Histoire sèche et charnelle en même temps, La Bonne démonte les mécanismes d'une inversion de rapport. Madame rêvait de servir et sa servante de dominer, à la fois patronne de la patronne et maîtresse du mari. A ce jeu de rôle on se prend trop avant, parfois. Sarah, n'ayant à la fin de ses études supérieures aucune envie d'enseigner, s'est « placée », empruntant roidement le chemin dangereux des passions séparatrices. En fait Isabelle Marie romance ici le problème des identités substituées, sans montrer le bout du nez - ou si peu - de la psychanalyste qu'elle fut. Sa prose, incisive et minimaliste, suggère fortement, d'où une efficacité redoutable, et plutôt brûlante. Finalement, l'auteur avertit, attention danger ! A soi de deviner lequel est le plus prégnant, celui du sexe ou celui du pouvoir ! Un roman dérangeant en diable.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes