La Boétie & fils

La Boétie & fils

Tolstoï reçut comme une révélation la portée des écrits de l'humaniste français. Et Thoreau, sans s'y référer, le suit de près dans son concept de désobéissance civile. Le Discours a fait des émules...

coup de tonnerre sans précédent dans le ciel de la pensée, Discours de la servitude volontaire ne fut pas sans postérité : plus de trois siècles après sa rédaction, on en retrouve des pans entiers dans la doctrine de Tolstoï. Plus précisémen t, dans la doctrine du « deuxième Tolstoï » - ce patriarche pacifiste que devint, dans ses trente dernières années, l'auteur de La Guerre et la Paix. Celui-là jugeait mauvaises les institutions et futiles les oeuvres d'art (les siennes comprises) qui ne participaient pas à l'édification du peuple. Il défendait un christianisme sans dogme ni Église, espérait la disparition de l'État au profit de petites communautés paysannes, et articulait son amour chrétien du prochain avec un refus non violent du pouvoir inspiré de La Boétie. « Pourquoi se représenter les hommes toujours assoiffés de luxure ou se multipliant comme des lapins, construisant dans les villes des usines d'alimentation chimique pour assurer l'existence des ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon