LA BOÉTIE CHEZ LES INDIENS D'AMÉRIQUE

LA BOÉTIE CHEZ LES INDIENS D'AMÉRIQUE

S'appuyant sur le Discours de la servitude volontaire, l'anthropologue Pierre Clastres explore les sociétés dites primitives et les érige en contre-modèles à nos États verticaux.

Si l'anthropologue Pierre Clastres a qualifié La Boétie de « Rimbaud de la pensée », ce n'est pas seulement en raison de l'extrême jeunesse de l'auteur du Discours. Comme le poète des Illuminations, La Boétie fut un voyant dont les intuitions, cinq siècles après sa mort, peuvent encore secouer nos certitudes. Pierre Clastres s'est appuyé sur le Discours, ainsi que sur ses propres voyages auprès des tribus amérindiennes, pour opérer un renversement de notre façon de considérer les sociétés dites primitives. Alors que nous tendons à voir, dans ces tribus sans pouvoir central fort, des formes archaïques d'organisation collective précédant l'invention de l'État, l'ethnologue explique que ces sociétés sont organisées pour empêcher l'émergence dudit État.

Alors que nous inclinons à considérer ces sociétés selon ce qui, à nos yeux, leur manque (comme la technologie), Pierre Clastres explique « qu'il n'y a pas de technologie supérieure ni inférieure ; on n ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon