La Beat Generation ou la fureur de vivre

La Beat Generation ou la fureur de vivre

Burroughs, Ginsberg, Kerouac, Bukowski... la Beat Generation apparaît comme une constellation de la révolte. Hantés par la route et le souci de prendre le large, les Beats expérimentent des formes variées de rebellion, qu'elle soit syntaxique, morale, mystique ou sexuelle.

Les écrivains de la Beat Generation ont repris à leur manière le «Lâchez tout» des surréalistes. André Breton invitait à descendre dans la rue, le revolver au poing, et à tirer au hasard dans la foule. Les surréalistes prenaient des cartes routières, pointaient le doigt au hasard sur un point et, aussitôt, se rendaient dans le hameau, le bourg qu'ils avaient extrait du néant. Les Beats, eux, prendront la route à travers le continent américain, dont la pointe orientale, nul ne l'ignore, se trouve au nord-ouest du continent africain, face à Gibraltar, dans la ville blanche de Tanger... La révolte prend chez eux le chemin de l'égarement géographique, mais aussi de l ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé