La balle est dans leur camp

La balle est dans leur camp

Ce pourrait être un récit mythique, une parabole. L'histoire de quarante enfants qui, reprenant à leur compte les frustrations, les blessures, les espoirs déçus de tout un peuple, se dressent contre l'injustice et refusent de céder devant tout un système. Dans la banlieue d'Alger, à Dehly-Brahim, où l'on trouve les traces du premier village français établi en 1832, dans cette cité du 11-Décembre-1960 - nommée en hommage aux premières manifestations pour l'indépendance -, toutes les parcelles ont été vendues à des militaires et leurs familles. Mais derrière chacune d'elles se cache un drame. Il y a l'histoire d'Inès, 11 ans, joueuse et fan de foot, dont la grand-mère, Adila, est une moudjahida historique qui a combattu les Français les armes à la main. Il y a celle de Jamyl, même âge, dont le père est mort dans un attentat en 2007, élevé par un grand-père général à la retraite qui a fait jouer ses relations pour arracher l'enfant à sa mère. Il y a Mahdi, dont le père, en arr ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard