L. A. professional

L. A. professional

Le retour du minutieux inspecteur Harry Bosch, sur la piste d'un tueur en série et d'une enfant perdue.

« Il finit son thé glacé et se leva. » Maître du polar américain, Michael Connelly est un romancier du concret. Pas le genre à vous parler du soupir des fleurs quand on les coupe. Plutôt de ceux qui maîtrisent sur le bout des doigts les processus de consultation des archives municipales ou les ruses procédurales dans les tribunaux de Los Angeles. Et ce réalisme minutieux paie ! Dans son dernier roman, l'auteur profite de la situation administrative particulière de Harry Bosch - retraité du LAPD, enquêteur bénévole pour la police de San Fernando et détective privé - pour lui coller deux enquêtes. L'une, classique et officielle, porte sur le Screen Cutter, un violeur en série spécialisé dans les jeunes Latinas, qui déclenche ses attaques selon leur période d'ovulation. L'autre, officieuse, lui est commandée par un milliardaire de l'armement : à 17 ans, celui-ci a abandonné une jeune Latina enceinte. À plus de 80 ans, il s'inquiète de savoir s'il n'aurait pas une progéniture. ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon