L' Encyclopédie, marathon du gai savoir

L' Encyclopédie, marathon du gai savoir

Aidé initialement par d'Alembert, Diderot supervisera durant un quart de siècle cette entreprise collective alors sans équivalent : conciliant clarté et partis pris aussi osés que divers, elle décloisonne les disciplines et accueille des objets inattendus.

À la fin du XVIIe siècle, les dictionnaires monolingues, apparus d'abord en Italie puis en France, s'ouvrent à une mission nouvelle : diffuser les connaissances. C'est alors l'éclosion des « dictionnaires universels ». Sous ce titre, l'académicien franc-tireur Furetière publie le sien en 1690 ; continué en Hollande, puis par les jésuites en France, il devient, en 1704, le Dictionnaire universel de Trévoux. La même année paraît à Londres le Lexicon Technicum: or, an Universal English Dictionary of Arts and Sciences, de John Harris, puis, en 1728, la Cyclopaedia, or an Universal Dictionary of Arts and Sciences, du polygraphe Ephraïm Chambers. Cet essor européen des dictionnaires universels fut marqué par la circulation de leurs contenus et par d'importants enjeux religieux, scientifiques, politiques et financiers. C'est ainsi qu'au milieu du XVIIIe siècle l'idée vint à de grands éditeurs et imprimeurs-libraires parisiens de donner une traduction trè ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé