L'étoffe des réseaux

L'étoffe des réseaux

De l'Antiquité à nos jours, l'histoire des pouvoirs parallèles.

niall Ferguson est un libéral bon teint et un homme de réseaux puisque, après des études à Oxford, il est devenu professeur à Harvard et à Standford tout en étant journaliste, membre du groupe de Bilderberg, régulièrement invité à Davos. Auteur de livres sur les banques Rothschild ou sur Henry Kissinger, il a pu vérifier le rôle des réseaux dans l'histoire, bien avant que quiconque ait l'idée de faire communiquer des ordinateurs entre eux.

Dans La Place et la Tour, il propose de raconter « l'histoire de l'interaction entre les hiérarchies et les réseaux, de l'Antiquité à nos jours ». Usant souvent d'exemples inattendus (comme celui des Illuminati, réseau actif vingt-cinq ans mais encore invoqué à tort et à travers deux cent cinquante ans plus tard), l'ouvrage « s'efforce de trouver une voie moyenne entre l'historiographie classique, qui tend à sous-estimer le rôle des réseaux, et les théoriciens du complot, qui exagèrent généralement leur rôle ».

Du ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon