L'éthique est-elle toc ?

L'éthique est-elle toc ?

En mai 2018, Macron réunissait une soixantaine de patrons de l'économie numérique pour les convaincre de s'engager en faveur du bien commun lors d'un sommet baptisé Tech for Good. Résultat : quelques maigres engagements (Uber annonçait offrir à ses coursiers une assurance accidents, Google promet 85 millions d'euros pour la formation) et un événement dénoncé comme une opération « ethic-washing » dans un contexte de défiance généralisée. Dans Libération, les fondateurs de Social Good Week écrivaient : « Est-ce "for good" d'ubériser des secteurs entiers, des taxis aux libraires ? Non [...]. Être "Tech for Good", c'est d'abord se préoccuper de l'impact social de l'innovation. »

La formule a été popularisée par Paul Miller, un Britannique aujourd'hui à la tête de Bethnal Green Ventures, une plateforme d'investissement dans ces technologies vertueuses. Au départ, il s'agissait de développeurs se réunissant pour trouver des solutions digitales à des proje ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Aurélie Charon © S.Remael/Ed. L’Iconoclaste

Aurélie Charon
Autrice de C'était pas mieux avant, ce sera mieux après (L'Iconoclaste)

Nos livres

NUAGE ORBITAL, Taiyô Fujii, traduit du japonais par Dominique et Frank Sylvain, éd. Atelier Akatombo

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine